- Photo page accueil : cœur de l'église de Saint-Avé.

  UNE FÊTE DE TOUSSAINT SPÉCIALE

Cette nouvelle année pastorale est à caractère particulier. Nous ne le dirons jamais assez, le monde entier a été, d’une certaine façon, ébranlé. Après une période de confinement où nous avons durement été éprouvés, une relecture laisse remarquer que non seulement de très enrichissantes expériences mais aussi des moins bien ont été vécues. C’est l’occasion pour nous de rendre grâce à Dieu pour ces merveilles et de poursuivre sur le même élan d’action de grâce pour le bien qui se vit dans notre monde et autour de nous, avec les hommes et les femmes sans distinction aucune. C’est aussi le moment pour nous de prendre conscience des efforts à faire pour améliorer certaines pratiques de notre vie, apprendre à faire un bilan régulier de notre vie de foi et de nos relations avec nos frères et sœurs en humanité. Ainsi pourrons-nous déceler les points concrets à améliorer en prenant la ferme résolution avec le secours de la grâce divine de ne plus commettre ces erreurs non seulement pour notre bien individuel, mais aussi et surtout pour le bien de tous et toutes car « nul n’a le droit d’être heureux tout seul ».

Les Saints, en effet ne sont pas des êtres nés parfaits, « mais des pécheurs qui accueillent la grâce de Dieu et acceptent de s’améliorer en empruntant le chemin de la conversion ».

Le mois de novembre rappelle entre autres la Solennité de tous les Saints (1er) et le lendemain la Commémoration de tous les fidèles défunts. Un double mouvement de prière s’avère nécessaire. D’abord, nous demandons l’intercession de tous les Saints à la suite de qui nous sommes en marche par le chemin de la foi, joyeux de savoir dans la lumière ces enfants de notre Église que Dieu nous donne en exemple (confer la Préface de la Toussaint). Ensuite nous prions pour la béatitude éternelle de nos frères et sœurs défunts.

Développons la dévotion à Notre Dame de Montligeon en priant pour nous et pour nos frères et sœurs défunts. En allant nous recueillir sur les tombes des membres de nos familles ou de nos amis, soyons attentifs aussi aux tombes délaissées parce que les proches ne sont pas dans notre région. C’est aussi un bel exemple de charité. Cette année particulièrement je voudrais nous inviter à élargir le champ de notre prière pour les morts. Prions également pour les défunts, victimes du Covid, des guerres, des attentats, des violences, pour les enfants morts nés et avortés.

« Voici notre Dieu, c’est Lui le Seigneur. En lui nous espérions, exultons, réjouissons-nous car Il nous a sauvés ». Que le Seigneur nous prenne en pitié, qu’il fasse de nous des acteurs de la vérité et des artisans de justice et de paix.

Père Ephrem LALEYE Recteur de Saint Avé et Meucon