- Photo page accueil : cœur de l'église de Saint-Avé.

          Toussaint 2019

« Novembre est le mois des morts, -si tu ne veux pas mourir encore-, habille-toi plus fort » dit-on. Le mois de novembre est ainsi perçu comme le mois des morts.
De fait, ce 11 novembre, nous commémorerons le 101ème anniversaire de l’Armistice qui a conduit à l’obtention de la paix, le 11 novembre 1918, après le péril de nombre de fils de la patrie qui ont été tués au combat. Et nos monuments aux morts conservent les longues listes de ces vaillants combattants. Le 2 novembre, nous prions pour tous les défunts afin que Dieu, plein d’amour et de miséricorde leur accorde le repos éternel. Et c’est une tradition à laquelle nous sommes très attachés. Toutefois, reconnaissons que ce lien aux morts reconnu au mois de novembre ne date pas du XXème siècle. L’origine de la Toussaint en dit long.
La Toussaint en effet, a son origine dans la célébration d’une fête païenne qui avait lieu le 13 mai. Il y a eu une transformation du temple païen du Panthéon dédié à tous les dieux en une église dédiée à tous les martyrs, sous le nom de Sainte-Marie-des-Martyrs, le 13 mai 610, à Rome, par le Pape Boniface.
La Toussaint fut alors fixée au 13 mai, jusqu’en 835, date à laquelle fut instauré le 1er novembre pour sa célébration par le Pape Grégoire IV, substituant ainsi les saints au culte des morts.
En 835 sur l’ordre de Louis le Pieux, fils de Charlemagne, la fête de la Toussaint, qui existait déjà à Rome, fut instituée en France.
Progressivement, toutes les Églises occidentales adoptèrent le 1er novembre comme date de la fête de la Toussaint. En 1580, le Pape Sixte IV fait de la Toussaint une fête chrétienne de grande importance. Le Pape Pie X (mort en 1914) élève la fête de la Toussaint au rang de Solennité – degré supérieur de célébration des fêtes : elle commence la veille par des premières Vêpres et parfois par une messe propre de Vigile – et de « fête d’obligation », c’est-à-dire une fête où l’on est obligé d’assister à la messe.
La Toussaint reste d’ailleurs l’une des quatre fêtes chômées en France, depuis le Concordat de 1801.
Chaque saint nous donne une image concrète et attirante de la sainteté. Nous sommes appelés à répondre à l’appel à la sainteté qui est la vocation commune à tous les baptisés.
Saint Martin de Tours, vaillant soldat romain du IVème siècle, devenu disciple du Christ sera commémoré le 11 novembre.
Demandons l’intercession de Saint Martin et de tous les Saints pour être de vrais missionnaires de la paix et de l’amour, à la suite du Christ, Vainqueur de la mort. Car « Tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus-Christ » (Evangelii Gaudium).

Père Ephrem LALEYE Recteur de Saint Avé et Meucon